Départ pour Strasbourg, lundi 12 mars 2012

Après un réveil difficile, les élèves de 1 ST1 se sont retrouvés à 6h du matin dans le train, à destination du Mans puis Strasbourg. Un voyage qui s’est très bien passé grâce la complicité entre les élèves et les professeurs.

Le groupe est arrivé à 14h à Strasbourg (hormis Erwan, resté sur Lorient à cause d’une grippe et à qui toute la classe passe le bonjour).

Dans un premier temps les élèves ont pu visiter la ville de Strasbourg. Par la suite, la classe s’est retrouvée au Parlement Européen (avec un peu de retard pour Timothée, Nicolas, Sébastien D et Cyril abandonnés par Antoine et Adrien) : une visite guidée très intéressante dans un bâtiment grandiose où toutes les proportions semblent surdimensionnées. Nous avons également pu assister à une session disputée entre les extrémistes, les conservateurs et la gauche.

Puis, tout le groupe est allé manger dans une brasserie dans le centre ville de Strasbourg (au menu : Flammenkuche ou émincés de poulet-frites).Après ce bon repas, élèves et professeurs ont pu visiter, sous les étoiles, la ville de Strasbourg et son impressionnante cathédrale.

A la fin de cette journée chargée, le groupe n’a eu aucun mal à s’endormir à l’Etap Hotel de Strasbourg.

Le parlement européen de Strasbourg, lundi 12 mars 2012

Après l’arrivée devant la magnifique structure du Parlement, le groupe s’est retrouvé dans une salle de conférence où un fonctionnaire d’origine espagnole, chargé en communication, nous a expliqué le fonctionnement du Parlement et de l’Union Européenne.

L’union européenne est un ensemble de 27 pays membres qui se regroupent autour d’une politique assez similaire. Le parlement européen est un lieu où 754 députés de chaque pays membre et de différents partis discutent des lois européennes.

Chacun des discours exprimé au Parlement est traduit en 23 langues ce qui nécessite l’emploi d’une trentaine d’interprètes qui se partagent les discours à traduire.

Après la visite de la structure cylindrique du Parlement, la classe a eu la possibilité de suivre une session depuis les tribunes opposant les différents partis présents lors de ces débats. Ils parlaient principalement de l’égalité entre les hommes et les femmes (surtout au niveau de l’égalité dans le travail), et des droits des homosexuels (droit touchant à la famille, mariage, adoption d’enfants,etc…) et les débats étaient plutôt houleux.

 

Freibourg, visite de l’éco-quartier Vauban, mardi 13 mars 2012

Aujourd’hui : passage en Allemagne et arrivée à Freiburg. Pour commencer notre journée, nous avons fait la connaissance de notre guide Jürgen, qui va nous accompagner tout au long du séjour. Celui-ci nous a fait alors découvrir le centre ville puis un passage en haut d’une colline, appelée Schlossberg, pour ainsi admirer la vue de Freibourg, de sa gare, de sa cathédrale et de ses alentours. 

A la suite de cette marche assez longue et éprouvante, nous avons visité le quartier Vauban qui est un exemple d’architecture à énergie positive. Sur le site, nous avons pu observer la variété des bâtiments, la plupart possède des panneaux solaires. Le guide nous a fait découvrir un local d’électricité qui produit de l’énergie pour les 20 familles qui vivent dans l’immeuble. Ces quartiers nous montrent que l’on peut produire de l’énergie individuellement.

Dans cette ville, le covoiturage et très présent pour limiter au maximum le nombre de véhicule par personne et donc limiter le rejet de CO2. Il y a même des voitures à louer dans les rues, par simple activation d’une carte. La maison tournesol a attiré notre attention, le guide nous y a donc emmené. Cette maison suit la trajectoire du soleil pendant les jours froids, ce concept s’appelle « Héliotrop ».

Après une dure matinée, nous avons mangé dans un café à côté de la gare, un bâtiment architectural central qui sert de transition entre la piste cyclable et le tramway : la plateforme multimodale

Freiburg, les énergies renouvelables, mardi 13 mars 2012

Panneaux solaires sur le toit du stade de Fribourg

Seconde partie de la journée. Nous avons pris le bus jusqu’au stade de football de Freiburg, puis nous sommes montés sur le toit afin d’observer les panneaux solaires. Avant de retourner en ville, nous nous sommes arrêtés devant une centrale hydraulique, construit sur une rivière à fort courant, un système de vis sans fin tourne et entraine le générateur. Le guide nous a emmené ensuite dans un centre d’apprentissage sur l’énergie solaire, il nous a expliqué le système de capteurs thermiques qui réchauffent l’eau des bâtiments. Ensuite, nous sommes enfin arrivés à l’auberge de jeunesse où nous avons dîné, puis on nous a laissé quartier libre en plein centre ville, pendant 1h30. Enfin nous avons marché 5kms pour retourner à nos chambres.

Centrale hydraulique

La montagne enneigée, le ventre d’une éolienne, une soirée café-théatre, mercredi 14 mars 2012

A Oberried, plus précisément à Zastler tal, le maire a décidé de vendre des terrains uniquement à condition que les propriétaires acceptent d’être chauffés par la chaudière collective du village. Le bûcheron donne une prime aux personnes donnant du bois de qualité pour la chaudière commune, ce qui engage à donner leurs meilleurs bois. La chaudière a besoin de mille mètres cube par an pour 500 kwh. Après cela nous avons pu voir de loin une centrale de méthanisation dans laquelle 100 vaches sont nourries automatiquement. Puis, Jürgen a improvisé un arrêt dans les hauteurs de la forêt noire. Le sol était enneigé ce qui nous a permis de faire une sympathique bataille de boules de neige sur un sol très glissant. Arrivés au sommet après de nombreuses chutes, nous avons pu observer une formidable vue sur les Vosges et les Alpes.

Pour terminer cette matinée nous sommes allés visiter une éolienne. Celle que nous avons visité produit 3000 MW par an. Soit 20000 MW depuis sa mise en service. Son alternateur fait entre 22 et 24 tours par minute.L’après-midi nous avons visité l’éco quartier de Rieselfeld dans lequel la responsabilité de l’entretien du ruisseau qui traverse tout le quartier est confié à plusieurs établissements scolaires. Chaque école en entretient environ 5oo mètres. Les maisons sont de différentes couleurs et se mettent de plus en plus aux énergies solaires .
On a pu monter sur le toit d’un gymnase végétalisé en forme de colline ou de passerelle géante.L’église du quartier est très particulière puisque elle possède 2 salles : l’une catholique l’autre protestante : le tout dans un ensemble architectural en béton dissymétrique. A l’intérieur les cloisons sont coulissantes pour permettre un agrandissement des salles de cultes .

Ce soir, sortie au Kafteur pour aller voir un « one man show ». Jean-Jacques, humoriste, nous a fait partager son sens du comique. Les élèves sont entrés en salle avec un peu d’appréhension mais en sont ressortis avec le sourire. Un spectacle basé sur un comique de parole, des calembours et des comptines. Une gestuelle très prononcée, des cheveux plaqués et une dentition à la « Austin Power » donnaient plus de vie au spectacle et le comédien a même fait participer le public en faisant monter Thomas sur scène par exemple. Beaucoup de références à des faits d’actualité (DSK ou Nicolas Sarkozy) ou à des ouvrages cultes ont émaillé la soirée. Il raconte, par exemple l’histoire de la Bible, refaite à sa façon (Jésus et ses « erreurs de Genèse », « Les toiles de Berger », ou « les noces de Kaana bis ») et y installe de l’humour. Il a tenté également de nombreux tours de magie tous ratés, pour le plus grand malheur des amis des bêtes ou a raconté ses déboires sentimentaux. En bref, un spectacle conseillé pour passer une très bonne soirée.

Musée des Arts Modernes et Contemporains de Strasbourg, jeudi 15 mars 2012


 Pour le dernier jour, nous avons visité le Musée des Arts Modernes et Contemporains de Strasbourg, bâtiment
extraordinaire surmonté d’une sculpture de cheval. La classe a ressenti plein d’appréhension pour cette visite culturelle. Après s’être séparés en deux groupes, nous avons été informés par la guide que la visite allait être atypique. En effet, celle-ci a été réalisée par les élèves, qui, munis d’une mallette contenant des mots évocateurs sur la forme, l’intention, le concept, le thème… devaient présenter une œuvre devant les autres membres de leur groupe en les utilisant. Cette technique peu banale, permet d’éviter le cliché du « j’aime/j’aime pas » et change le regard des visiteurs désormais plus « observateurs ». Nous avons ainsi, ensemble, analysé pour le groupe « art moderne » : un tableau expressionniste de Campendonk : Der Wald, datant de 1919, une œuvre abstraite de Kandinsky : Vers le bleu du ciel datant de1939, un tableau de Picasso Femme à la guitare datant de 1924 et une sculpture de bronze de Maqritte : Mme Récamier de David datant de 1967. Pour le groupe « art contemporain » nous avons discuté autour des œuvres de Didier Marcel avec Torso de 2009, Malcolm Morley avec Wall Jumper de 2002 et Séverine Hubard avec Village de 2009.

Après la visite, les élèves avaient un sentiment commun, celui d’avoir vécu quelque chose d’original et agréable malgré la visite qu’ils auraient souhaité plus longue.

Bilan du voyage

Ce voyage était donc très enrichissant, en effet, nous avons appris comment fonctionne une éolienne, le rendement de panneaux photovoltaïques, le procédé de la méthanisation, etc… Nous avons trouvé intéressant de comparer ce qui se fait en Allemagne à ce qui se fait en France en développement durable.

A Freibourg les habitants raisonnent davantage de façon globale, ce qui permet à des quartiers entiers de vivre de manière écologique, comme par exemple utiliser beaucoup plus les vélos que nous …

Nous avons eu l’occasion de goûter à la flammenkuche, une spécialité locale de Strasbourg (sorte de pizza) et nous avons également pris un petit déjeuner allemand (saucissons, patés, fromages…).

Le meilleur point du voyage selon nous, c’était le mercredi soir, lors du One Man Show de Jean-Jacques, c’était très drôle, surtout quand Thomas est monté sur scène.

Seulement, on a eu quelques points négatifs, comme le temps de l’aller et du retour, un peu long ; aussi des oublis de matériel dans des tramways. Les enseignants ont particulièrement apprécié le comportement exemplaire des élèves.

STI2D, on en parle… dans le Télégramme du 11 février 2012

Développement durable. STI 2D une filière qui s’investit

 

 

 

 

 

Quelques élèves de la classe de STI du lycée Colbert, lors d’une séance en atelier.

Quatre classes de 1re STI 2D (sciences et technologie de l’industrie et du développement durable) du lycée Colbert, participent à un projet d’éducation au développement durable, dans le cadre de leurs études. Cette initiative, qui répond au nouveau référentiel de la section, est mise en oeuvre avec Cap l’Orient et l’inspection académique du Morbihan. Alain Leroyer et Jean-François Baudic, sont les deux référents qui accompagnent les élèves dans la progression pédagogique du projet. «Nous travaillons en collaboration avec deux associations très au fait du développement durable, Nature et culture et CCSTI».

Un voyage en Allemagne

Plusieurs visites sont prévues tout au long de l’année sur des sites comme Ifremer, le centre de tri ou le chantier naval. «L’idée est de développer un esprit critique concernant des systèmes qui privilégient le développement durable», précise Alain Leroyer. Ensuite, en partenariat avec les autres professeurs, ils s’entraînent par l’intermédiaire d’un blog, qui relate leurs expériences, à communiquer, une idée, un principe ou une solution technique. Un voyage est également prévu à Freiburg, en Allemagne, haut lieu du développement durable.